Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Guide Du Cool

Le Guide Du Cool

Des Infos, des articles, de l'amour et c'est déjà du boulot

Le journalisme français est encore décédé. C’est Streetpress qui l’a dit

Publié par LGDC sur 22 Décembre 2013, 22:02pm

Catégories : #Humour, #journalisme, #économie, #ironie, #île maurice, #streetpress, #presse

Enfin un moyen rentable d’en finir avec les nouveaux Albert Londres.

 

Bonjour tout le monde,

Vous pensez peut-être qu’à la rédaction du Guide Du Cool (composée de moi-même et d’un photographe payé en pintes gratuites), nous ne nous préoccupons que de sujets inutiles.

Et pourtant, parmi ces conseils judicieux et toujours valables sur les lendemains de cuite, on se préoccupe du reste du monde. Parfois.

L'occasion pour moi de relayer aujourd’hui un article web qui m’a fait sourire et réfléchir à bien des égards, paru sur le site d’infos Streetpress.com.

J’ai eu l’honneur de faire partie de leur fine équipe durant deux mois, en tant que stagiaire. Ce fut une expérience mouvementée et formatrice qui m’a permis de vous expliquer comment avoir l'air cool dans une une cérémonie mystique  Et d’autres trucs du genre.

Le 18 décembre est paru sur la plateforme pure-player un article un peu « lol » comme Streetpress les affectionne. Son titre est : On a tenté de délocaliser Streetpress à l’île Maurice.

Sur un ton ironique, le journaliste explique que la rédaction a voulu opérer des coupes budgétaires en embauchant des gens du bout du monde pour écrire leurs articles, moyennant des tarifs modiques.

En insistant sur la pingrerie supposée de Johan Weizsc, fondateur de Streetpress, l’article explique que Rosemees  est une société basée à l’Ile Maurice et qui propose carrément de faire le taf à la place de ces feignasses de journalistes français.

Avec ses arriérés d’impôts et les traites de son Yacht à payer, le patron du webjournal n’hésite pas une seconde. Cela faisait longtemps qu’il souhaitait se débarrasser de certains salariés du journal et du fardeau que sont les stagiaires pleurnichards.

Plus de débats inutiles et de charges sociales. La vie rêvée du boss de presse 2.0, en somme.

 

Un boulot propre et efficace

 

La rédaction, croyant à une arnaque, mène sa petite enquête et s’aperçoit que ce genre de services ont été adopté par de grandes rédactions françaises. Les magazines de mode et les sites de jeux vidéos étant visiblement les plus concernés, et on n’aura pas de mal à deviner lesquels.

Puisque les mecs de Streetpress préfèrent l’action à la théorie pure, ils sortent leur carnet de chèque pour tenter une petite expérience. Ils contactent la société :

"StreetPress : [On voudrait] un article style reportage, sur l’ouverture d’un bar à chats, à Paris, c’est possible ?

Rosemees Company Limited : Sans problème !"

Le résultat de cette sous-traitance littéraire est à lire ici......................!.

ll a été rédigé pour 9,50€, soit deux fois moins que la pige moyenne. Quand c’est payé.

C’est assez bluffant, mais l’article écrit par un mauricien qui n’a probablement jamais foutu les pieds à Paris est plutôt crédible. Règle des 5 W (What, what, when, who, why:la base), informations et témoignages: c’est largement aussi lisible que les bafouilles littéraires d’un étudiant en journalisme moyen.

 

La différence avec un étudiant, c’est que les employés de la boîte doivent pondre plus de 21 articles tous les jours. Pissage de copies level Olympique !

Un seul bémol, la photo d’accroche est assez trompeuse. Dans l’article, on nous promet une soixantaine de chattes (!), alors que le cliché représente un pauvre minou esseulé. Trop d’espoirs déçus pour les esthètes du lol-catisme (Marion, casse-dédi, à l’aise) et les amateurs plus modérés de félins câlins.

 

On voulait plus de chattes et on est déçu.
 

L’article s’achève également sur un jeu de mot que je n’aurais même pas oser pondre dans un papier pour Streetpress. Trop l’angoisse de voir les petits yeux réprobateurs de M D’Angelo, gardien du temple et du calembour de bon goût, au moment de la lecture de copie. J’en ai encore des sueurs froides.

Je vous encourage donc à lire ce papier écrit par un mauricien payé au SMIC local. Ce n’est certes pas une bonne augure pour le journalisme français, et mondial d’ailleurs, mais il est parfaitement possible de faire de l’information dans un open-space surpeuplé sans savoir exactement de quoi on parle.

(Et ce n’est pas l’auteur de ces lignes qui vous prouvera le contraire.)

 

Un gros bisou à tous, saupoudré d'espoir

Vive Streetpress et ses précieuses économies budgétaires!

Vive les entreprises de journalisme Offshore dont je solliciterai les services quand je n'aurais plus d'imagination!

N’oubliez pas le vieil adage de la maison :

« Ce que vous faîtes de mieux sur cette planète, un chinois de huit ans le fait deux fois mieux que vous. »

Et là dessus,

Joyeux Noël

LGDC

 

 

 

 

Commenter cet article

ShitKicker 17/01/2014 00:45

Des bouffons qui croient être les princes de la hype, à Vice and Co., ils font des économies sur le PQ en se torchant avec leurs CV.
Si tu pensais devenir le nouveau Hunter S.Thompson en pondant une pige où tu montres ton cul, et bien tu t'es bien fourré le doigt dedans, mon pote.
Quoique il parait que tu n'étais pas contre le toucher rectal avec tes potes de lycée. Ce n'est pas moi qui te mettrait à l'index. Dans la vie, il faut savoir se faire plaisir. Et même si ton blog est noyé dans la masse (tu n'es pas le seul type manquant de talent qui soit en mal de reconnaissance), il faut aussi avoir l'impression d'exister aux yeux des autres.
Vincentestforminable, donne nous encore du rêve, fais nous entrevoir les backrooms du cool, on trouvera bien 5 minutes à tuer dans la journée.

Assid Assida 16/01/2014 22:24

LE GUIDE DU COOL (lol)
Manifestement, t'étais pas assez cool pour faire le poids à Paname. Mais tout n'est pas perdu. Avec tes airs de tapettes à gueule de roquet, tu peux toujours faire du stand-up comic dans un cabaret gay vers Saumur. Parce que ton niveau de coolitude n'ira pas plus haut que la Loire.
Quant à ton blog de merde, si ça te donne l'impression de faire du journalisme gonzo auprès de tes 3 potes dans ta bourgade, good for you.
Allez prout, petit branleur de province.

Fuentos 16/01/2014 21:48

Faire une école de journalisme pour pondre 3 merdes sur un blog parisien....les parents du petit paon peuvent être fiers de leur investissement.
Prochain épisode : Vincent découvre le RSA. Du trop WTF en perspective avant le retour chez papa-maman, ce qui sera moins LOL. Pov' loser !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents