Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Guide Du Cool

Le Guide Du Cool

Des Infos, des articles, de l'amour et c'est déjà du boulot

Quelques groupes irlando-irlandais pour vos petites oreilles.

Publié par LGDC sur 19 Avril 2014, 19:09pm

Catégories : #Irlande, #musique, #Youtube, #vieuxtubes, #undagwund

Salut les dudes,

Cela va faire plus d’un mois que je n’ai rien écrit sur ce blog. Hourrah, je reprends l’une des activités chères à mon coeur: vous faire croire que ma vie est top en vous informant sur les remous du vaste monde.

“ Sans la musique, la vie est super anxiogène, je trouve;” Chateaubriand, qui parachevait ainsi ses monumentales Mémoires des peines de coeur de ma soeur, se fait l’écho de ma propre pensée. Je voulais aujourd’hui vous présenter quelques groupes venus d’Irlande, car le bon peuple de l’île d’Eire possède une réputation de troubadour qui est loin d’être galvaudée.

 

So I Watch You From Afar

Beaucoup de groupes irlandais sont trés attachés à l’idée d’avoir un nom à chier et impossible à retenir. Dans le circuit underground, il est important de paraitre prétentieux pour être cool et d’ailleurs mon prochain projet solo s’appellera And I took some time to stare at clouds while the bus driver was taking a shit in Murphy’s yard.

La première fois que j’ai écouté les types de SIWYFA, je buvais l’apéro avec des gens bien élévés qui se lançaient un petit chien blanc. D’un coup d’un seul, ce joyeux entrelacs de rythmes chaloupés et de riffs lacérés m’a pris par les intestins. On peut leurs foutre une étiquette post-rock mais ce serait oublier l’énergie primaire qui se dégage de ces riffs fantastiques.

 

 

Ecouter ce groupe ne fera pas de vous un explorateur de la psyché humaine, mais il est possible que vous vous trouviez des nouveaux meilleurs potes. Et qu’ils appartiennent au règne végétal.

 

Fight Like Apes

L’événement mondain de Dundalk (comté de Louth) est un festival en plein air qui aura lieu au début du mois de Mai. L’occasion de se réunir autour “d’une bière ou deux” pour féter l’arrivée d’un printemps tardif et fusiller son système nerveux comme une porte de grange.

Je compte bien sûr faire partie de la bagarre générale mais comme je ne connaissais aucun groupe, j’ai sagement youtubé la tête d’affiche, Fight Like Apes.

Ce groupe de Dublin ne sort pas de la belle tradition des noms à la con ( un de leurs EP est simplement nommé David Carradine is a Bounty Hunter Whos Robotic Arm Hates Your Crotch) et la chanteuse a bien une tête d’irlandaise (= des sourcils aux proportions typiques).

C’est de la bonne vieille electro-pop à vous en faire renverser votre bière à consigne e il se trouve qu’à la rédaction du GUIDE du Cool, on a du mal à résister à la voix d’une fille qui chante sur ses malheurs amoureux.

L’avis de l’expert: C’est trés bien. Dis t’aurais pas un tire bouchon?

 

God is an astronaut

Les groupes de post-rock instrumentaux sont comme les Blackberry. Je ne connais personne qui s’y interesse mais ils restent toujours dans le business. La recette est bien sûr d’avoir un nom pompeux à l’extrême (mais çà, vous l’avez saisi) et un guitariste assez patient pour tricoter des arpèges dans la fureur sonore ambiante.

God Is An Astronaut est un groupe originaire de Wicklow en Irlande. On peut écouter leurs albums à foison sans qu’une chanson particulière ne surgisse du spectre sonore. C’est un flux continu qui convoque autant de pyschédélisme que d’électro planante. Le post-rock, mon pote, c’est un tout. Si t’as pas saisi l’essence de cette musique, prière de rendre ta carte de bibliothèque.

Le groupe connait actuellement un grand succés en Europe et en Amérique, même si ces salauds de Yankee leur ont volé leur matériel avant un concert à New York (anecdote Wikipédia, bonjour).

 

A écouter: en montée, en descente. En descente de montée si vous êtes vraiment le warrior que vous prétendez être.

 

The seasons

Grande nouvelle: à Dundalk, tout le monde est musicien. L’Irlande, comme j’aime à croire, est peuplé de troubadours avec une main sur le coeur et l’autre sur un instrument. Dans une ville de 30000 pellos, il y a des concerts presque tous les soirs, sans que la préfecture n’y trouve rien à redire. Ils font même presque tous des études pour ça.

Les mecs de The Seasons font vivre une tradition du coin, un mélange de folk songs et de standards trad. Ils partagent une envie que les français ont oubliée, faute de patrimoine musical uni et cohérent: chanter et boire de la bière jusqu’à ce que le taulier du pub consente à les virer aux premières heures du jour.

Ils vont sortir un album en Juin et il y a même un banjo pour plaire à mes oreilles country.

L’anecdote: Le groupe Facebook de The seasons possède actuellement 666 likes. Visitez donc la page de cette fière bande de barbus pour conjurer leur sort.

 

Bonus Track: The Corrs viennent de Dundalk (BOo-Ooh-Ooh)

 

Début des années 2000: l’autoradio de votre père bloqué sur Chérie FM. The Corrs, groupe Dundaklo-dundalkois du coin, connaissait son heure de gloire avec des chansons comme Breathless ou Only When I Sleep.

Si vous vous en souvenez, c’est que votre amour des chansons mièvres à la production sirupeuse était déjà développée au sortir de l’enfance.

Si vous ne vous en souvenez pas, tapez sur Google. Je ne poste pas de lien car j’ai un peu honte.

La recette de leur succès tenait autant à leur pop rock un peu tradi, mais également à la plastique de leurs musiciennes. Les trois soeurs Corrs étaient en effet de très jolies filles, et c’est assez rare pour être signalé dans cette ville de Dundalk.

(Oui, je fais référence à toi, toi et toi avec ton teint orange et tes sourcils en moquette Saint Maclou, mais bon, tu parles pas français)

Anecdote locale: Les Corrs n’ont rien sorti depuis 2007, mis à part une compilation ressassant leurs bluettes entrainantes. Les trois soeurs sont partis vers leurs projets musicaux respectifs, et on peut voir Jim Corr, grand frère guitariste hanter les pubs du coin et subir quelques blagues gentilles sur sa splendeur passée. Aux dernières nouvelles, il n’a plus le droit de foutre les pieds au Phoenix, car Sweaty Betty, la taulière du rade, ne peut plus encadrer sa face de star du rock. Too bad. 

 

Toujours un plaisir de donner des nouvelles. Portez-vous bien et à bientôt.

(Merci également aux quelques personnes qui se sont abonnées à mon blog: le soutien fait toujours plaisir ;) )

LGDC



 

Commenter cet article

Nosie 30/04/2014 12:11

il est possible que je reche un peu God is an astronaut ! ;)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents