Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Guide Du Cool

Le Guide Du Cool

Des Infos, des articles, de l'amour et c'est déjà du boulot

Lonsdale la marque de sapes récupérée par les néo-nazis : réflexions fumeuses d’un retour d’Amsterdam.

Publié le 5 Août 2013, 23:57pm

Lonsdale, Lacoste, Fred Perry. Détournées de leur cible principale, ces marques de vétêments ont connu, à un moment ou un autre, un brusque changement de clientèle. Du luxe à la plèbe, des garçons de bonne famille aux néo-nazis néerlandais : on n’a pas toujours le public qu’on souhaitait, au départ.

Lors d'une soirée avec un pote, on discutait du fait qu’en Angleterre, un grand nombre de racailles portent des écharpes Burberry et des sacoches Louis Vuitton, toutes ces marques que votre sœur pétée de thunes porte également, sauf qu’elle, c’est du vrai.

Et vous savez que chez Vincentestformidable, quand on une idée en tête, on la lâche pas. Les faits, seulement les faits :

Je suis allé faire un tour à Amsterdam le week-end dernier. C’est une ville excessivement brumeuse à cette époque de l’année, constamment polluée par des vapeurs diverses. Pourtant, à travers les effluves de ces canaux tranquilles, j’ai pu observer un phénomène étonnant : certaines personnes, en 2013, portent encore des T-Shirts Lonsdale. Et sont blanches avec le crâne rasé.

Pour la grande histoire, Lonsdale une marque crée en 1960, par des gens qui ne pensaient pas à mal, a priori. D’origine londonienne, elle était réservée aux boxeurs comme Muhammad Ali, qui est toujours l’égérie de la marque. Sauf qu’à l’instar de Fred Perry, la firme a été activement portée par une petite frange de la société aux opinions politiques assez far-right. La raison est simple : il suffit de plier le logo Lonsdale pour afficher NSDA, rappellant le Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei. (Si tu n’as pas compris que je parlais de nazisme, c’est chaud !).

             

Ce serait à cause de ce gag involontaire qu’une fraction confidentielle des jeunesses anglaises, néerlandaises et belges se seraient appropriés ce genre de Sweatshirts, laissant le soin au créateur du logo de se retourner dans sa tombe, une ou deux fois. En Hollande, on parle d’un bon millier de lascars qu’on appelle les « jeunes Lonsdale ». Pas de quoi envahir la Pologne, quand même

Ce qui est à mon fascinant dans cette histoire, c’est la récupération des marques par un public non-ciblé à la base. J’imagine seulement la tête d’un directeur commercial harcelé par les journaleux : « Non, on n’est pas une marque de fascistes. Laissez nous tranquille, ouin-ouin ! » C’est d’ailleurs le discours que tenait à peu prés Ronald Krijger, responsable du catalogue Lonsdale, dans un article de Libé de 2006. Pourtant, à l’époque, la fronde opérée contre la marque était violente : interdiction de porter ces sweats dans les écoles et les lycées suite à des agressions racistes. En effet, dur dur d’être porté par des cons.

Durant mon séjour, j’ai eu l’occasion de vérifier le manque de hype de la marque. Dans une boutique, tous ces sweats et t-shirts étaient soldés à 20€, alors que les autres marques donnaient des prix nettement plus élevés. La dévaluation de ces fringues montrait leur connotation un peu « français de souche ». Hollandais, pardon. Le plus drôle est que la fiche wikipédia anglaise de la marque ne fait absolument pas mention de ce léger détail : porter ces fringues vous donnera au mieux, l’air d’un con, au pire, d’un adorateur du 3ème Reich.

En France, Lonsdale est une marque peu répandue et les gens se fichent bien de son caractère un peu à la droite de la droite (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le sujet m’intéresse tellement). Interrogée à ce sujet, ma coloc’ irlandaise a poussé le même son de cloche : « Non, la marque Lonsdale n’est pas très portée en Irlande et on s’en fout. » (Un grand merci pour ton analyse, Schuschun !)

C’est étrange car le phénomène d’appropriation des marques par des groupes politiques est un sujet vif en France. On se souvient que Clément Méric, le militant anti-fasciste tué en Juin, participait à la même vente privée de fringues Fred Perry que ses agresseurs d’extrême-droite. Même chose pour la griffe Lacoste, totalement adoptée par les cailleras des années 90s, affublées de mémorables casquettes jaune fluo.

 

           

 

Mon conseil :

Que faire si quelqu’un porte un sweat Lonsdale et que vous avez des doutes sur ses opinions politiques ?

Il suffit de le lui demander ! (Vous essayerez peut-être un coup de batte de base-ball dans la gueule, mais rien n’empêche d’essayer).

 

Voici les réflexions mes tourmentèrent durant mon séjour à Amsterdam, où il ne m'est rien arrivé d'extraordinaire. Je peux pas toujours dormir dans la street avec des vendeurs de rose pakistanais pour te faire marrer dans ton open-space, espèce d’ingrat !

 

Vive Lonsdale, la marque qui « aime toutes les couleurs »

Vive Amsterdam !

Vincentestformidable

 

Lonsdale la marque de sapes récupérée par les néo-nazis : réflexions fumeuses d’un retour d’Amsterdam.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents