Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Guide Du Cool

Le Guide Du Cool

Des Infos, des articles, de l'amour et c'est déjà du boulot

Mon pote Romain et des lesbiennes trop chou!

Publié par vincentestformidable sur 2 Juillet 2013, 13:14pm

Catégories : #lgbt, #lesbienne, #gaypride, #fièrte, #lol, #seins, #humour

Puisque le titre indique à peu près tout, rincez-vous donc l’œil sur fond de techno gouine, de jeunes filles en fleur et de poppers!!!

Gay Pride 2013. Difficile de faire plus banal qu’un billet du genre « on a vu des transsexuels brésiliens avec des seins comme des pastèques et on a bien ri sous nos airs d’hétérosexuels un peu ouvert d’esprit ». Trouver un angle original, voici quelque chose que j’ai appris dans mon école de journaleux.

Quand je suis allé au défilé avec mon pote Romain (avec uniforme protocolaire marcel/casquette de jeune homme qui « se-pose-des-questions ») je ne m’attendais pas à grand-chose de retentissant du point de vue médiatique. A vrai dire, j’étais à la recherche d’un groupe d’homosexuels de droite sur un char UMP, mais on les a loupé!

J’aimerais parler de Romain durant quelques lignes (Oui, les photos de lolitas dévergondées arrivent: patience SVP !!!). Ce vieux pote de lycée m’a recontacté un jour, sachant que je cherchais une piaule sur Paris. Il m’a dit : « passe dormir deux trois jours à l’appart ». J’y suis resté deux semaines. Deux semaines où j’ai vu pas mal de trucs très drôles et dont l’un des points d’orgue a été la Marche des Fiertés homo, bi et trans. Ah oui, Romain est hétéro : AUCUN doute là-dessus!

Donc, nous sommes allés vers le Panthéon où paradent les habituels queers, trans, bears et féministes de tous bords. Attirés par le son des grosses basses, nous avons rejoins le char PMA, c'est-à-dire des femmes qu’on appelle et qui s’appellent elles-mêmes « gouines ». Quelle riche idée nous eûmes!

Il ne fallait pas un sens de l’observation très aiguisé pour s’apercevoir qu’autour de nous des dizaines d’adolescentes d’un âge indéterminé venaient se pavaner en soutifs, avec des inscriptions plus qu’explicites écrites au marqueur sur leurs corps juvéniles. (« Free Hugs, free pussy » : un programme chargé quand on est jeune).

La bonne idée, c’était de se concentrer UNIQUEMENT sur cette joyeuse population et de mettre Romain sous les feux de la rampe, sorte de pionnier d’un monde encore méconnu pour nous qu’est la communauté lesbienne.

Bon allez, on commence ?

Soft, avec un cosplay très réussi de Xena la Guerrière.

(On ne savait pas que la célèbre héroïne de cette série 90’s était une icône butch. Mais oui, on comprend pourquoi, maintenant.)

 

Mon pote Romain entouré de filles portant des Tee Shirts dont l’inscription   « Prends-moi » n’a rien d’élusive. En fait, c'est un mag!

 

Romain, encore, tout sourire, se pliant à l’exercice ô combien difficile du journalisme blog.

 

Une histoire intéressante : j’ai rencontré ce groupe de jeunes gens venus de Sarcelles et de Saint Brice. Avec ma gueule de hipster à barbe sur le retour, je n’ai pas eu trop de mal à m’intégrer dans leur groupe. Ici, vous voyez deux d’entre elles, mais j’ai réussi à interviewer Sandra, dix huit printemps au compteur :

Ouais, tu viens d’où ?

Sarcelles. La gay pride était cool, mais on est rentré un peu tôt. On avait du chemin, quoi !

A quelle époque tu t’es aperçue que tu étais lesbienne ?

Quand j’avais 16 ans. En fait j’étais bi au début mais les mecs, j’ai bien compris que c’était pas trop ça mon délire.

On peut pas te donner tout à fait tort. Eh, au fait, tu acceptes que je publie une photo de toi sur mon blog à 14 visiteurs par jour ?

Non pas de problème, on est cool, t’inquiète.

 

En effet, Sarah t’es cool, tu déchires même. La preuve en photo !

 

L’odyssée de Romain au pays des amazones s’est bien terminée, même si se faire photographier toute l’après midi avec des jeunes filles en sous-vêtements est loin d’être facile (j’ai honte de ce que j’écris : pardon). Allez, on termine par du lourd :

 

Romain, encore et toujours, dans son opiniâtre investigation au cœur des « sexualités plurielles ».

Ah oui, je tenais à préciser les choses.

(Ce cliché peut être considéré comme mon « opus magnum », l’aboutissement d’heures de cours de photographie où l’on m’a dit « fout la molette de l'appareil sur « P » se sera pas mal, tu verras! ». Outre ses qualités techniques indéniables (respect de la règle des 2/3, bonne exposition du sujet et ce petit nuage de fumée qui rend le truc global assez sexy), cette paire de seins anonyme donne aux messieurs un message important : « Eh ouais les mecs, vous ne pourrez jamais y toucher parce que je suis goudou. » Une leçon pour les générations à venir et dont l’auteur de ces lignes ne s’est pas encore remis.)

 

Puisqu’un billet de Vincentestformidable ne saurait se terminer sans une dose « d’expérimentation personnelle », je souhaitais vous annoncer que :

J’ai passé le reste de cette joyeuse Gay Pride torse nu à danser sur des tubes ultra gay entouré de jeunes éphèbes et de filles en sous vêtements, mais surtout à faire la connaissance de Julie, jeune allemande lesbienne, so gemuglitch!

En allemand, « lesbienne », ça se dit « lesbisch ». Vous le saurez pour la prochaine fois !!!

 

Vive les lesbiennes, les goudous, les gouines parce qu’elles assurent et qu’elles ont des goûts musicaux sympas (han la playlist du char PMA : une tuerie !).

Vive Romain pour m’avoir hébergé durant deux semaines qui furent très mouvementées et pleines d’aventures, mais également pour son intérêt appuyé pour la communauté LGBT !!!

Vive mes lecteurs toujours plus nombreux pour lire mes reportages au cœur de l’action !

 

Eh, je ne veux pas me vanter, mais je suis publié sur Vice.com maintenant : un article dans le guide ultime de la connaissance, c’est un peu comme si « j’avais mon nom inscrit dans la bible », selon ma pote Marion. Elle a pas tort.

Vincentestformidable

 

 

Commenter cet article

Nath 02/07/2013 21:32

Moi J'y comprends rien. Elle était pas enceinte d'un gars à un moment? pi elle était pas + ou - amoureuse d'Hercule aussi? Le jour où j'ai appris ça j'étais trop choquée. Jamais je n'aurais imaginé. Bécots

Marion 02/07/2013 15:41

Marion elle a toujours raison. Même si je me sens agressée par cette énorme paire de nibards. Et que je regrette de n'avoir pas pris pas à ces joyeusetés. Surtout pour le bea.. les jolies filles.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents